Équipe de recherche 2019
Équipe de recherche 2018

Ce qui m’emmène en recherche, c’est de vouloir monter de nouveaux projets et espérer créer de nouvelles connaissances. Par exemple, le très innovateur Projet Avatar offre un traitement pour la schizophrénie résistante qui va au-delà des limites cliniques. De plus, je suis fier du travail d’équipe réalisé dans ce laboratoire, car ensemble, nous pouvons aller plus loin.

ALEXANDRE DUMAIS, MD PHD FRCPC
Psychiatre et Chercheur

C’est avec grand enthousiasme que je me suis jointe à l’équipe du Projet Avatar à titre de coordonnatrice clinique. J’espère sincèrement que mon bagage clinique me permettra de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie de patients souffrant de schizophrénie. Les nouvelles technologies offrent beaucoup d’espoir, et ce projet de recherche ouvre grand la porte sur les innombrables traitements possibles pour d’autres troubles de santé mentale.

SUZANNE GIRARD, MSC
Coordonnatrice clinique

Le Projet Avatar a pour but d’améliorer la capacité d’autogestion des symptômes de la schizophrénie et permet d’offrir aux patients une meilleure qualité de vie. C’est important que la recherche s’oriente vers les solutions alternatives à la pharmacothérapie, et qu’on redonne le pouvoir aux patients. Je suis heureuse de pouvoir participer à ma façon à un projet de recherche qui rejoint mes valeurs.

ELODIE JOUVENOT
Responsable des communications

Je suis un étudiant au Doctorat à l’Université de Montréal. Ma formation en ingénierie et en recherche en sciences cognitives m’a poussé à travailler au sein du laboratoire du Dr. Dumais. En effet, son laboratoire allie avec élégance des technologiques très novatrices et une thérapie très humaine, touchant le cœur des problèmes des personnes atteintes de troubles mentaux. La manière dont les thérapies d’exposition ouvrent des portes vers des environnements inconnus, des mondes inexplorés m’ont tout de suite fasciné. Je vois en ce projet l’avenir des thérapies pour les troubles mentaux. Mon travail au sein de l’équipe consiste à étudier les facteurs d’immersion (comme la richesse de l’environnement, le réalisme des animations du visage, l’analyse des discours etc.) en utilisant l’intelligence artificielle afin de tendre vers une thérapie toujours plus efficace et toujours plus proche des attentes de nos patients. Ces découvertes pourront également aider à mettre en place des thérapies pour d’autres troubles mentaux.

MAXIME RADMACHER
Étudiant au Doctorat

J’ai la possibilité de travailler avec une équipe qui accorde la priorité au bien-être des personnes souffrant de troubles psychiatriques. Le Projet Avatar propose des nouveaux traitements qui emploient la réalité virtuelle. À travers cette expérience, j’ai l’occasion d’apprendre sous la tutelle d’experts. C’est immensément gratifiant pour moi de constater l’impact que la Thérapie Avatar a eu sur la vie de nos patients.

LAURA DELLAZIZZO
Étudiante au Doctorat

J’ai été surprise par les immenses défis du milieu de la recherche. Nous pouvons trouver source de stimulation intellectuelle et source d’inspiration par la rencontre d’individus formidables provenant de multiples différents secteurs. Au-delà de l’aspect scientifique, il y a une mission sociale qui motive ces projets. Je suis heureuse de faire partie de cette aventure.

KINGSADA PHRAXAYAVONG, FSA FICA
Gestionnaire du laboratoire

J’ai choisi de travailler en Santé Mentale parce que je crois profondément en l’humain et en son potentiel de croissance, parce que j’aime les gens. Je suis fascinée par tout ce qui a trait à l’esprit humain et aux émotions. Également, je trouve qu’il y a trop de tabous, trop de stigmatisations entourant la maladie mentale. Lorsqu’on porte un regard sensible et sans œillère autour de nous, lorsqu’on croise le regard de ces personnes affectés par la maladie mentale, on remet en question notre perspective sur la vie, sur le sens qu’on octroie à notre passage ici-bas.

Sachant qu’un Canadien sur cinq sera affecté par la maladie mentale au cours de son existence e qu’une personne sur cent sera atteinte de schizophrénie, je pense qu’il est primordial qu’on s’y attarde. Nous devons se questionner. Il faut démystifier et comprendre pour mieux aider et pour évoluer en tant que société. Ignorer cette réalité ne la fera pas disparaître, ne fera pas disparaitre la peur et la souffrance qui l’entoure et ne permettra pas de mieux nous outiller. 

Dès ma première journée en tant qu’infirmière en Santé Mentale, j’ai été touchée par la grande souffrance, souvent quotidienne, que vivent ces gens aux prises avec ce trouble de santé complexe qu’est la schizophrénie. Souvent, je me suis sentie limitée par ce que je pouvais leur offrir et par la différence que je pouvais faire pour leur venir en aide. Lorsque j’ai commencé à travailler avec l’équipe du Dr. Dumais pour le Projet Avatar il y a deux ans, je me suis sentie galvanisée par les possibilités nouvelles qui s’offraient dans les traitements. C’est en réalisant concrètement ce que la thérapie leur amenait que je me suis attachée à ce projet, comme à la belle équipe qui le concrétise.

Aujourd’hui, je sais que nous offrons un beau rayon d’espoir. J’ai vu le changement s’opérer chez les personnes ayant mené à terme leur thérapie. Je crois que nous avons bâti quelque chose de solide et de prometteur. J’ai vu des individus reprendre le pouvoir sur leur vie. J’ai vu fleurir leur potentiel et s’épanouir leur confiance. Que leurs hallucinations auditives disparaissent ou pas, qu’elles diminuent ou pas, qu’elles s’adoucissent ou pas, il n’en demeure pas moins qu’un changement s’est opéré à l’intérieur d’eux, et je trouve cela magnifique.  
 

JASMINE BOULETTE
Infirmière de recherche

Travailler sur le Projet Avatar a été pour moi un nouveau défi, et un vrai un coup de cœur. J’ai eu le plaisir de contribuer à son avancement et de travailler auprès de certains patients qui ont eu accès à cette thérapie. J’ai fait partie de l’équipe en tant qu’infirmière clinicienne de recherche. Cette première expérience en recherche m’a donné envie de persévérer dans ce domaine, afin de permettre une amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de maladie mentale. C’est ce que propose Avatar. Et ce sont les résultats que j’ai observés!

ERHEL DIARD, INF BSC
Infirmière de recherche et Étudiante à la Maîtrise (IPS Santé Mentale)

J’aime travailler sur un projet porteur de sens, avec une équipe compétente et ambitieuse.

ELSA DESAL
Étudiante au Bacc, en Sciences Biomédicales